Laurent Reiz

Né en 1665 à Paris d'un père australopithèque et d'une mère javanaise, c'est en zuaverie du Nord que laurent reiz passa son enfance avec ses parents qui décidèrent à cette époque d'adopter un iceberg. Pendant ces 15 années loin de tout il eut pour unique compagnon iglou le pingouin qui lui permit d'appréhender un monde binaire, simple et contrasté, un monde en noir et blanc. Son apprentissage de la couleur lui viendra à l'adolescence par l'observation hypnotique de cette interminable et langoureux coucher de soleil estival qu'il regardait en famille pendant 18h chaque jour de juillet. Nul match de tennis ne venant égayer la banquise et afin de compenser l'absence de mouvement de tête de la droite vers la gauche et de la gauche vers la droite, il développa alors une vision panoramique d'une telle souplesse, qu'après avoir vaincu une demi-centaine de torticolis, il fini enfin par effectuer un matin de mai une rotation de 360° avec sa seule tête, son cou vrillé, fier comme Artaban s'exclamant haut et fort : "Même pas mal ! " Ses photos de Paris faites il y a 300 ans, à l'occasion d'un voyage organisé par izi jet ski, nous démontrent une fois encore l'intemporalité de la lumière dans cette ville traversée par tant de gogos, zozos et lolos...


Born in 1665 in Paris of an Australopithecus father and a Javanese mother, Lauren Reiz spent his childhood in North Zuaverie with his parents who decided at that time to adopt an iceberg. For 15 years far from everything, he had for his only companion Igloo the penguin who allowed him to adjust to the binary world, a simple and contrasted world - a world in black and white ! His experience of color came to him in adolescence by hypnotic observation of this endless and languishing summer sunsets at which he looked with his family during an 18 hour period every day of July. Not even as much as a tennis match to cheer up on the ice floe and to compensate of the absence of the spectator-like movement right and left, he developed then a panoramic vision of great flexibility, as having overcome a half-hundred stiff necks, finally one May morning he completed a 360° rotation of the head, his very proud and fully rotated neck, exclaiming loud and clear : "It didn't hurt !" His photos of Paris made 300 years ago, on the occasion of a package tour by izi jet-ski, demonstrate to us once more the timelessness of light in this city crossed by so many suckers, zozos and lolos...