Christophe Jacrot

Photographe depuis 2006. Je suis venu à la photographie il y 9 ans, en 2006, suite à une formation de photojournalisme. J'acceptais alors une commande pour un guide touristique sur Paris, avec le cahier des charges suivant : produire des images ensoleillées de la capitale. C'est à la météo catastrophique de ce printemps-là que je dois l'idée de « Paris sous la pluie », une série de photographies à contre-courant de l'imagerie touristique de la ville lumière, capturée sous les intempéries.
Pris au jeu, j'ai conservé de cette expérience une relation très particulière au mauvais temps, un amour quasi fusionnel qui m'a amené à créer un univers visuel poétique lié aux variations météorologiques. C'est cette dimension onirique du climat qui m'intéresse, ainsi que sa dimension romanesque et imprévisible. Celle qui découle, au fond, de l'implacabilité des humeurs du ciel, et qui nous gratifie d'une infinie variation d'ambiances et d'atmosphères. Un typhon à Hong Kong, un déluge à Tokyo, une tempête à New-York, de la pluie au Groenland, une averse parisienne, la mousson indienne, des neiges islandaises, du blizzard à Étretat, à Bucarest ou à Chicago.
J'ai adoré arpenter les mégapoles aux prises avec ces météores, et en saisir la beauté âpre à la manière d'un observateur du fragile équilibre du monde.


Photographer since 2006. I came to photography 9 years ago, in 2006, after a training in photojournalism. I then accepted an order for a tourist guide on Paris, with the following specifications: produce sunny images of the capital. It was due to the catastrophic weather of that spring that I owe the idea of " Paris under the rain ", a series of photos against the current of the tourist imaging of the city light, captured under bad weather. I kept from this experience a very particular relation to bad weather, almost fusional love which permitted me to create a poetic visual universe bound to the meteorological variations. It is this dreamlike dimension of the climate that interests me, as well as its romantic dimension bound to the meteorological variations. This dreamlike dimension of the climate interests me, as well as its romantic and unpredictable dimension. This dimension, which finally ensues from the implacability of the humors of the sky and which presents us with an infinite variation of atmospheres. A typhoon in Hong-Kong, a deluge in Tokyo, a storm in New York, rain in Greenland, a Parisian shower, an Indian monsoon, Icelandic snows, a blizzard to Étretat, in Bucharest or in Chicago. I adored measuring megalopolises battling against these conditions, and seizing the bitter beauty with it in the style of an observer of the fragile world balance of power.


Site :
christophejacrot.com